Rencontre avec le duo Carré-court

 

Carré Court. Un groupe qui nous fait voyager dans son univers musical aux influences pop folk et rock sixties.

Emilien Grémeaux et Julie Crouzillac se sont rencontrés une première fois il y a dix ans. Ils se recroisent il y a environ un an et demi et décident de former le duo de Carré Court. Avec la voix rocailleuse de Julie et la guitare sèche d’Emilien, le style du groupe est sobre et sans fioritures.

 

Pourquoi avoir choisi Carré Court comme nom de scène ?

Emilien : Au début on a commencé à chercher un nom en anglais. Puis vu qu’on chante également en anglais, on s’est dit que ça pouvait être sympa de trouver un nom en français tout simplement. Pour faire un petit clin d’œil, car nous aimons beaucoup la chanson française. Et je suis tombé sur la pochette de l’album de Nouvelle Vague, où c’est une nana en train de fumer une cigarette et elle a un carré court. Lorsque j’ai vu ça je me suis arrêté sur le « Carré court » de la fille, j’ai soumis l’idée du nom de groupe à Julie et puis on est parti sur ce nom, Carré Court, qui peut aussi faire penser aux sixties, une époque que l’on apprécie tous les deux.

 

Quelle est  la base, l’origine du projet Carré Court ?

Emilien : Au début on ne pensait pas du tout faire un groupe tous les deux, on se connait depuis plus de douze ans, on avait plutôt envie de faire de la musique ensemble tout simplement.

Pour faire court, j’avais un groupe de reggae au collège et j’avais proposé à Julie de venir chanter avec moi, donc ça a commencé comme ça. Puis on s’est perdu de vue, moi j’ai continué à jouer dans quelques groupes côté en tant que bassiste, batteur etc, ce qui ma permis de pratiquer de plusieurs instruments. Un jour on s’est croisé en studio par hasard et je lui ai reproposé de faire de la musique ensemble, le lendemain on s’était retrouver pour travailler des morceaux, puis est venu l’enregistrement d’un de mes morceaux, je lui demandé si elle était partante pour chanter dessus et elle a naturellement accepté. On a dans la foulée publié une vidéo sur internet, qui a plu à plusieurs personnes et qui nous a également permis d’avoir une date de concert à la fête de la musique de 2014 au Duc Etienne de Limoges. Puis tout s’est enchaînés assez rapidement les compos, les textes, puis l’EP.

 

En parlant de l’EP, pourquoi l’avoir appelé N°1 ?

Emilien : Alors pas dans le sens où l’on est les meilleurs ou quoi ! On ne voulait pas un nom à rallonge pour notre premier EP. Et voilà N°1 c’était plutôt sympa, pour une première sortie donc nous sommes resté la dessus.

 

Comment est né cet EP, N°1 ?

Emilien : Les quatre titres de notre EP ont été enregistré en une semaine avec l’aide de David Hadjadj et Jérôme Perez. Puis les arrangement cordes et cuivres ont eux pris un peu lus de temps. Produit par notre label Hoozlab ont a pu partager notre EP avec le public le 14 avril dernier.

 

Vous avez toujours voulu vivre de votre passion commune pour la musique ?

Emilien : Moi personnellement oui ! Mon objectif a toujours été de vivre de la musique. J’en ai déjà vécu avec certains groupes de ma région.

Julie : Moi pas forcément, j’ai toujours aimé écouter de la musique, mais je ne m’étais pas réellement posée la question, étant donné que je ne suis pas musicienne et encore moins compositrice. Pour moi Carré Court est mon premier groupe.

 

Vous avez un style plutôt sixties, quels sont les artistes qui vous inspirent ?

Emilien : Il y en a beaucoup, beaucoup ! Je pense a Etta James, bien évedemment les Beatles aussi ou encore les Ronettes… Mais aussi quelques artistes français, Jacques Dutronc, Gainsbourg des artistes comme ça. Mais on s’inspire vraiment de pleins de choses dans les années 60 il s’est passé tellement de choses bien aussi bien dans la pop que le rock de garage qu’on aime piocher un peu partout. On aime bien varier les ambiances, je pense qu’on le remarque dans notre EP c’est pour ça qu’on aime s’inspirer un peu de plusieurs genres de musiques.

 

Des projets pour cette fin d’année 2017 ?

Julie : Actuellement on se concentre sur l’album. On retravaille certains morceaux et écrivons de nouveaux. Déjà cela nous prend énormément de temps.

 

Votre meilleur souvenir sur scène ?

Julie : Aha bonne question ! Mais je dirais que pour ma part ce n’est pas un concert en particulier, c’est plutôt quand on se rend compte que les gens chantent nos chansons lorsqu’on est sur scène. Ça c’est marrant quand même !

Emilien : Mais je dirais que c’est quand on voit qu’il se passe quelque chose entre nous et le public, une espèce de cohésion qui fait que le public se sent bien à l’aise du coup ça nous porte. Il n’y a pas un concert en particulier qui m’a marqué, on les vit chaque fois différemment et chaque fois il se passe quelque chose.

 

Avez-vous un petit rituel avant de monter sur scène ?

Julie : Oui un petit shooter, aha !

Emilien : Oui moi je prends toujours un petit shooter avant de monter sur scène, sans me bourrer la gueule c’est juste histoire de prendre un petit coup de speed avant de jouer.

Julie : Moi je maquille histoire de ne pas penser au fait que je monte sur scène.

 

Le meilleur concert, cette fois auquel vous avez assisté ?

Julie : Moi c’était Fidlar à la Maroquinerie l’été dernier, en 2016.

Emilien : Alors moi je réfléchis, je dirais la tournée de la famille Chedid, ils sont passés l’année dernière à Limoges.

 

Merci à Julie et Emilien, le duo Carré Court d’avoir répondu aux questions de Métromane.

Découvrez leur reprise d’Ace Of Spades de Motorhead

Site WebFacebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s